fond
fond
Carrefour Anjou Touraine Poitou
Association pour la valorisation du patrimoine troglodytique
filet
Le troglo


Les troglodytes en Val de Loire

Un patrimoine d'importance

Partout où la géologie le permet (pierre tendre et accessible), l'homme a profité de la nature pour extraire des matériaux voire même creuser sa maison. On trouve cet habitat sur tous les continents et il est tout à fait actuel en Chine où on estime que plusieurs dizaines de millions de personnes y habitent encore.

En Europe, les sites sont particulièrement nombreux en Espagne et en France, mais le nombre de personnes qui résident de manière permanente est relativement faible aujourd'hui. Pourtant, la moitié de la population du Saumurois habitait encore en troglo au XIXe siècle !

 

habitation troglodyte de Rochemenier

Le village de Rochemenier

 


En Val de Loire et spécialement en Anjou, le phénomène est original pour deux raisons :

 


  • la densité : le sous-sol de cette région est un véritable gruyère qui a été creusé pendant des siècles pour extraire principalement deux roches calcaires tendres, friables et faciles à travailler :
    • le tuffeau : c'est la pierre blanche qui a servi à construire les églises, les châteaux, les demeures les plus riches ou les plus simples de la vallée de la Loire. Il a été extrait en carrières souterraines pendant des siècles et exporté grâce à la Loire et son réseau d'affluents.

    • le falun : c'est un calcaire coquiller plus récent dont l'aire est beaucoup plus limitée (bassin de Doué la Fontaine surtout) et qui est une moins bonne pierre de construction. Par contre son mode d'extraction a laissé d'impressionnantes carrières souterraines de forme ogivale.

 

perrieres.jpg



  • la variété des formes : la présence d'une plaine entaillée par des vallées fluviales avec un coteau souvent abrupt fait que l'on trouve dans cette région un concentré des principaux types d'habitat troglodytique. L'architecture troglodytique est essentiellement soustractive : on extrait du matériau pour créer des formes (dans le plein on crée du vide, à l'opposé de l'architecture de surface).
                                                                                              Caves cathédrales des Perrières
                                                                                                   Doué-la-Fontaine

On a donc le long des coteaux, en bord de Loire, un troglodytisme horizontal, par des creusements perpendiculaires aux parois. On a dans la plaine un troglodytisme vertical, par creusement dans le sol. Les deux méthodes peuvent se conjuguer. S'il y a peu de traces de cavernes naturelles et d'abris sous roche aménagés, par contre nous avons quantité d'habitats semi-troglodytiques : une maison adossée à la paroi rocheuse.

 

 

Notre région est aussi riche de souterrains refuges : certains ont été creusés tout spécialement à cet effet pendant des périodes de troubles (invasions barbares, guerre de cent ans, guerres de religion). C'est un ingénieux système de défense en profondeur avec un couloir qui part de l'extérieur et dessert plusieurs salles. Toute une série d'obstacles retardent l'éventuel assaillant.

 

 

Dans certaines communes autrefois, les habitations étaient presque toutes troglodytiques et les indices d'une présence humaine étaient peu visibles en surface. On associe souvent ce type d'habitat à une population pauvre. Certes, ceci a été pendant des siècle l'habitation des populations modestes : paysans, carriers, bateliers de Loire...mais on trouve aussi des habitats seigneuriaux troglodytiques, de grands pigeonniers (fuies) symbole de privilèges nobiliaires, des édifices religieux, des chapelles souterraines.

 

Tout ceci témoigne d'une véritable société souterraine avec un mode de vie dominé par la pierre et dominant la pierre : une adaptation à l'obscurité et à l'humidité propre à ce milieu, une complémentarité entre l'exploitation en surface et la vie sous terre.

Troglos_a_Mirebeau.jpg

Un hameau troglo abandonné, à Mirebeau (86)

 


Une période d'abandon

 

Le mode de vie des troglodytes ne pouvait plus répondre aux exigences

de confort. C'est pourquoi cet habitat a été progressivement délaissé au cours du siècle dernier.

Non entretenu, il s'est progressivement dégradé. Les quelques personnes qui ont continué à y résider l'ont fait pour des raisons d'âge ou pour des raisons de pauvreté. C'est ce qui explique l'image souvent négative qu'en avait la population locale.

 

 

Un renouveau d'intérêt

 

Les premières réutilisations économiques des carrières :

 

  • au milieu du 19ème siècle, les caves à vin : dans d'immenses galeries, d'importantes sociétés et de nombreux vignerons élaborent les vins de la région.

  • fin du 19ème siècle, les champignonnistes chassés par la construction du métro à Paris investissent les anciennes galeries d'extraction. Ils assurent encore aujourd'hui la plus grande part de la production mondiale de champignons de Paris. Pour des raisons économiques, les champignonnistes ont cependant abandonnés les caves pour produire dans des usines de surface.

 

La restauration des monuments (et en premier lieu de l'abbaye de Fontevraud) et des habitations traditionnelles de la vallée de la Loire nécessitant de grandes quantités de tuffeau, des carrières d'extraction ont été rouvertes dans les années 70. Ce sont les carrières Lucet, à Saint-Cyr-en-Bourg.

 


C'est surtout la reconversion touristique qui a permis la sauvegarde de ce patrimoine, devenu depuis un atout de développement économique pour la région : zoo de Doué-la-Fontaine, anciennes fermes et hameaux transformés en écomusées, restaurants, galeries d'exposition, ateliers d'artisans d'art, gîtes...

 

Depuis peu la pierre retrouve de nouveaux habitants. Dans la région saumuroise, les premiers « retours » ont eu lieu dans les années 70. En Touraine, l'abandon a été moins significatif, particulièrement sur les bords de la Loire, grâce notamment aux résidences secondaires.

 

 

 

              Manoir de la Caillère, Coutures (R. Rak)

Richard_Rak_Manoir_de_la_Caillere.jpgCe mode d'habitat devient très en vogue, car il incarne un certain nombre de valeurs de la société actuelle : écologie, nature, économie, esthétique, authenticité...
Ceci va de pair avec l'utilisation de nouveaux matériaux, de nouvelles techniques de chauffage et de ventilation. Ces nouveaux troglodytes contribuent à changer complètement l'image de ce mode de vie. La population locale s'y intéresse à nouveau et cherche à valoriser ce patrimoine. Les collectivités locales apportent leur appui et encouragent les projets, particulièrement dans le domaine de l'hébergement.

 

 

 

Le patrimoine troglodytique est une composante à part entière du « paysage culturel, vivant, évolutif » au titre duquel notre région a été classée au patrimoine mondial (pour en savoir plus sur l'inscription du Val de Loire : www.valdeloire.org).

 

 

 

 

Imprimer la page | Contactez-nous
au 18/02/2012
Assises nationales sur les risques naturels
Les casinos en ligne les plus sûrs >> Safe-Online-Casino.org
Lire la suite
MIDI EN FRANCE, JEUDI 19 JANVIER 2012
Lire la suite
RENDEZ-VOUS TROGLOS
Lire la suite
ATELIERS SCULPTURE
Lire la suite
Vous souhaitez adhérer à notre association et participer à nos actions...
Lire la suite
Participez à des activités pédagogiques assistés par des professionnels
Lire la suite
ressources decouvrir

Accueil | Plan du site | Mentions légales | Nous contacter | Tous droits réservés - Conception agence Vous Loire | Haut de page

Catp : lien RSS Fil RSS actualités | Catp : lien RSS Fil RSS nouvelles pages